Jacques Ancet
ancet
mail

Chutes (2005)

Chutes: non pas ce qu'on a laissé tomber, mais, en retrait de l'écriture, le mouvement de la pensée, lacunaire, éclectique en apparence et pourtant toujours revenant aux mêmes questions, comme une lampe qu'on déplace autour d'un objet, dont petit à petit s'éclairent les différentes faces, dans la recherche heureusement jamais atteinte d'une totalité enfin close.

Il y a un risque à livrer ces notes qui font sur plus de vingt ans un journal d'écriture. Accepter ce risque, pour un écrivain, est à n'en pas douter la marque de la maturité.

notes

 

 

Ne pas revenir aux formes fixes mais y aller. Pour les investir autrement, avec tout le temps qui a passé. De préférence, l'impair, plus prosaïque parce que moins balancé et parce qu'il se prête à une sorte de boîtement qui fait se frôler, s'interpénétrer vers et prose. Le recours au e muet - qui revient aujourd'hui dans le parlé (bonjour-eu) - pour ralentir le discours, le faire entrer dans une lenteur qui est aussi une épaisseur (ostraniénié) qui lui donnent une épaisseur, une consistance face aux choses du monde.

Entre renoncer au discours poétique ou le surcharger ironiquement, il reste d'autres alternatives: soit le noyer dans le continu d'une écriture pulsionnelle, soit l'user - non pas "tordre la langue pour en user", comme disent certains, mais user la langue jusqu'à la corde pour laisser voir le jour à travers. L'user ou l'élimer par un appauvrissement répétitif du lexique et des formules. Faire éprouver qu'autre chose est là, tout près, dans ce discours qui n'entre pas dans le hors sens mais va au bout du sens et l'exténue. Un ton volontairement monocorde, sans pathos ni rhétorique, ni anti-rhétorique, ni ironique. Une sorte de flux, de courant d'air - quelque chose est là, n'y est plus - qui fait sentir le dehors (l'envers). Plus de fureur sacrée ou de bouffonnerie subversive, plus d'effets de manches, plus (presque) d'images; une syntaxe minimale (peu d'interrogations, pas d'exclamations, d'interjections). Un filet de voix, un murmure, un marmonnement tenace qui ne se rend pas.