Jacques Ancet

L'heure de cendre (1980)

Ecoute-moi, simplement
sans cesser tes gestes quotidiens : écrire une lettre, faire chauffer la soupe, mettre le couvert, que sais-je
l'eau qui coule les bruits ne me gêneront pas : le tintement des cuillers, le froissement bleu des flammes du gaz, l'eau qui coule du robinet, et
même si tu ne comprends pas tout, si tu oublies de m'écouter, tant pis, tu seras là, encore un peu
je saurai qu'il me suffit presque de tendre la main pour sentir ta chaleur. Mais les mots me suffisent
l'espace de ta présence que je sens, même si je ne te vois pas avec la nuit
tout ce qui fait cet instant si différent des autres malgré l'angoisse - ou peut-être à cause d'elle
transparence noire où brillerait chaque éclat de la vie


Laisse-moi m'approcher un peu plus, avec ces mots que je cherche
de longues heures nous séparent du matin. Traversons-les ensem

ble