Jacques Ancet

L'incessant (1974-1977)
(Obéissance au vent I)

 

Ce livre est une méditation en acte sur les rapports de l'écriture et du devenir, sur le rythme vécu comme transformation perpétuelle dans le retour du même. D'où la figure de la spirale qui détermine son mode d'organisation et de développement : tout y tourne nébuleuses, éléments, saisons, corps événements, signes - tout y revient sans jamais vraiment revenir; chaque séquence, circulaire le plus souvent, lisible pour elle même, ne se boucle pourtant pas, s'enchaîne aux autres en un mouvement d'ouverture traversant le texte entier qui reste ainsi toujours inachevé. Livre ouvert, où tout peut entrer et, d'abord, ce quotidien le plus banal, cette trame de notre existence, ce qui nous fait et nous défait, interminablement, gestes, paroles, une porte qui grince, un visage, la nuit déjà, le froid, le robinet qui fuit, au quatrième top, les néons sur la rue vide, cette odeur d'urine et de moisi, ce cri, cette main aussi, écrivant, peignant peut-être, et qui, loin de suspendre le temps, de l' éterniser , ne cesse de mimer l'universelle métamorphose.