Jacques Ancet

L'amitié des voix (2009)

I Les voix du temps

II Le temps des voix



L'amitié des voix



L'amitié des voix


Avant lire
par Jacques Ancet

Les textes ici réunis sont de plusieurs ordres : des essais, des préfaces à des traductions, et de simples notes de lecture. Ces notes, j'ai beaucoup hésité à les faire figurer dans cet ensemble. Si je me suis décidé c'est que, malgré leurs limitations évidentes (elles ne portent souvent que sur un livre et parfois sur des écrivains ou des poètes un peu oubliés), et à côté d'études plus générales et d'une plus grande extension, elles témoignent d'un itinéraire de lecteur guidé surtout par les circonstances et un plaisir ou une émotion que j'espère pouvoir encore faire partager. Qu'on ne voie donc là aucun panorama ou palmarès mais, plutôt, une géographie de préférences personnelles qui s'étend sur près de quarante ans. Les voix dont il est question dans le titre viennent d'époques et d'horizons différents avec, bien sûr, une dominante franco-hispanique où se confond ma double activité d'écrivain et de traducteur.

Mais pourquoi avoir entrepris ce travail ? Peut-être, d'abord, afin de mettre de l'ordre là où il n'existe que le désordre du devenir qui emporte, qui efface tout. Autrement dit, pour garder une trace. Avec cet étonnement de voir, au fil du temps, se dessiner un chemin qui n'existait pas au moment où je le parcourais. Un chemin ou une cohérence qui tient à un questionnement insistant déjà au centre d'un précédent recueil d'essais : qu'en est-il des rapports de l'écriture et du réel - de la littérature et de la vie ? C'est pourquoi ce livre ne pouvait s'ouvrir que par une réflexion sur Don Quichotte qui est, sans doute, la tentative la plus profonde jamais menée pour répondre à cette question. Et c'est, peut-être ce qui réunit les auteurs ici présents. Avec aussi le cours d'une existence habitée par l'amitié de ces voix qui, toutes, ponctuellement ou plus durablement, m'ont accompagné au long des années. C'est ainsi que, tout autant que réflexion au sens spéculatif, ces textes le sont au sens spéculaire du terme : ils réfléchissent une clarté - une échappée - qui a souvent éclairé ma lecture et ma vie et dont, depuis longtemps, je voulais témoigner.

L'ordre choisi n'est, tout simplement, que l'ordre chronologique, mais l'abondance de la matière m'a conduit à le scinder en deux grands ensembles qui peuvent être lus séparément ou dans leur continuité : le premier, Les voix du temps, consacré à des écrivains et poètes dont l'uvre est demeurée vivante et active pour moi, malgré la distance, et qui donc me restent contemporains : cinq auteurs du XVIè, du XVIIè et du XIXè (Miguel de Cervantès, Jean de la Croix, Francisco de Quevedo, Stéphane Mallarmé, Arthur Rimbaud) ; cinq auteurs nés à la fin du XIXè siècle et dont la vie et l'œuvre se sont déroulées pour une bonne part dans la première moitié du XXè (Miguel de Unamuno, Juan Ramón Jiménez, Ramón Gómez de la Serna, Pierre Reverdy, Vicente Huidobro) ; dix auteurs, enfin, nés dans les deux premières décennies de ce même siècle (Vicente Aleixandre, Luis Cernuda, María Zambrano, Eugène Guillevic, Yannis Ritsos, Claude Simon, Julio Cortázar, Jean Malrieu, André Henry, Octavio Paz).

À ces voix venues du temps et de sa profondeur, répond ce temps où ne cessent de se faire les voix du présent, ce Temps des voix, deuxième partie où figurent un certain nombre d'auteurs vivants, dont la naissance s'échelonne, en gros, dans la décennie des années 20 et 30 (d'Yves Bonnefoy à Henri Meschonnic) et 30 et 40 (de Bernard Vargaftig à Christian Hubin). D'autres auraient pu figurer ici, notamment de plus jeunes, mais il fallait se donner des limites et c'est bien arbitrairement que ce parcours s'achève finalement avec deux auteurs nés au seuil des années 40.

septembre 2009.