Jacques Ancet

 

Bernard Noël ou l'éclaircie (1999-2001)

Ce que semble chercher Bernard Noël à travers tous ses livres c'est la justesse d'un accord. Justesse qui est à entendre dans son sens esthétique, bien sûr, mais surtout éthique: comment parler juste dans un monde qui ne cesse de pervertir le langage? Comment redonner "un sens plus pur aux mots de la tribu"? Que dire pour que dire soit voir — et vivre —, véritablement, et non à travers les filtres qui nous conditionnent? Comment, donc, annuler la séparation, être présents, en un mot: coïncider ? L'unité de cette œuvre est là. Dans cette préoccupation constante. C'est en cela qu'elle est foncièrement poétique.
Cette démarche, on a essayé, fragmentairement, d'en rendre compte au fil des livres et des années. Et cet aspect fragmentaire, on n'a pas souhaité le gommer mais, au contraire, lui laisser à la fois son inachèvement et son tranchant. Parce qu'il répond, justement, au mouvement d'une démarche multiforme en sa quête obstinée de présence. D'où ce livre ouvert qui, témoignant de la variété de ce travail — entretien, journal, poème, interrogation sur la peinture, "reportage romanesque", récit de voyage, monologue —, tente d'en montrer en même temps la profonde cohérence.