Jacques Ancet

 


Andrés Sánchez Robayna (Espagne, Canaries, 1952)

Feu blanc (1992)

 

La branche


Regarde-la. Sous les méandres des jours, la branche est là, simplement, livrée à la conjugaison des airs, à la métamorphose des ciels. Elle semble avoir jailli en même temps que la montagne de nuit ancienne sur laquelle elle repose, elle semble boire, tranquille, la lumière depuis l'éternité. Il n'est, pour elle, ni ciels sauvages, ni signes dessinant la forme de la stupeur solaire. Elle ignore qu'elle-même est un signe. Elle tiendrait, insaisissable, dans une main, qui se borne de loin à cerner son contour.

Au loin la main se met à frémir.